KOHEP,

un projet de recherches

en SIC*

Sciences de l'Information et de la Communication

Le projet KOHEP fait l'objet d'une thèse de doctorat en SIC intitulée : "La construction de la professionnalisation de la filière émergente des Services au bien-Être et à l’Épanouissement de la Personne (SEEP) au prisme de “la communication”. Cette thèse sera réalisée en trois ans (2020-2023), au sein de l'Ecole Doctorale 60 à Montpellier. Elle sera  codirigée par le professeur Denis BENOIT (LERASS-CERIC) et par la professeure Bénédicte GENDRON (LIRDEF).  Ce projet fait actuellement l'objet d'une candidature en vue de l'obtention d'un contrat d'allocations doctorales de la part de la Région Occitanie. 

À terme, les résultats de ce projet de recherche permettront  de développer la plateforme numérique www.kohep.fr, à destination du public, visant à répertorier les professionnels des SEEP et à faciliter la mise en relation.

 

La construction de la professionnalisation de la filière émergente des Services au bien-Être
et à l’Épanouissement de la Personne

(SEEP) au prisme de “la communication”.

               Depuis une dizaine d’années, on assiste à l’émergence d’un nouveau secteur de service dans le domaine tertiaire. Nous l’intitulons le secteur des Services au bien-Être et à l’Épanouissement de la Personne (SEEP) en écho au secteur des Services À la Personne (SAP). Il s’agit de pratiques appartenant aux domaines du bien-être, du développement personnel (DP) et des médecines complémentaires (MC), répondant à la demande croissante de "mieux-être", de "bien-être" et de "plus-être" de nos contemporains.

 

Les professionnels sont de plus en plus nombreux à proposer une multitude d’offres hétérogènes dans ce vaste domaine. Le secteur SEEP est en plein essor et pose un certain nombre de problématiques, notamment en termes de lisibilités des offres, car une grande majorité d’entre elles ne sont pas reconnues et ne sont pas encadrées juridiquement. De ce fait, elles souffrent notamment d’un manque de crédibilité auprès des autorités, comme du public. Les informations qui circulent à leur sujet sont diffuses et mal sourcées. Malgré l’émergence de divers annuaires en ligne qui s’efforcent de répertorier les offres et les professionnels de ce secteur, de manière générale, l’on peut observer un manque d’informations, de fédérations et d’organisation de ces pratiques. Bien qu’elles tendent à se démocratiser, un certain nombre d’entre elles restent difficilement accessibles et saisissables par un public non averti. Sans compter le nombre de professionnels qui ne savent pas comment vulgariser

vulgariser et rendre accessibles leurs offres et services, in fine, comment communiquer. À cela s’ajoutent moult critiques reprochant tantôt un déficit de scientificité, tantôt un surcroît de rationalisation aux pratiques de ce secteur. Comment répertorier et organiser les offres qui composent le secteur SEEP, de façon à en avoir une visibilité d’ensemble ? Dans quelle mesure peut-on caractériser ces offres et services, pour expliciter la diversité des outils et pratiques disponibles auprès des citoyens francophones, et faciliter leurs usages ? Comment guider les professionnels de façon à les inviter à communiquer leurs offres de façons détaillées, simples, authentiques, transparentes et éthiques ? Peut-on envisager la création d’un modèle permettant aux professionnels de communiquer leurs offres et services de façon plus homogène pour en assurer une meilleure comparabilité grâce à l’accès à des informations détaillées? En somme, quels sont les différents enjeux informationnels et communicationnels du secteur SEEP? Comment contribuer humblement à sa professionnalisation (entendue selon deux des aspects du triptyque de Wittoroski (2008), à savoir l’identité professionnelle et la reconnaissance) à travers le prisme de la communication ?

 

Il semble important de préciser que l’objet de notre recherche ne consiste en aucun cas à attester ou non de la validité ou de la légitimité des différentes pratiques concernées. Elle a pour but de commencer à les répertorier et à les organiser, de façon à en permettre une meilleure lisibilité.

?

Si obtention

d'une allocation

doctorale Région

 
nexus2.jpg
Ceps.png

Le projet KOHEP envisage de travailler en collaboration avec deux autres projets déjà soutenus par la Région Occitanie :

  • Le projet NEXUS : qui oeuvre pour favoriser la réussite du plus grand nombre d’étudiants en licences de Lettres, de langues, d'Arts, de Sciences humaines et sociales. Nexus met en avant "les  Humanités  numériques  à  la  fois  comme  vecteur de  la  transformation  des  pratiques pédagogiques et comme garantie d’une adaptabilité renforcée des étudiants dans leur vie professionnelle." L'un des trois leviers utilisés par le projet NEXUS consiste en la création d'un tiers-lieu pour la pédagogie par projet, en lien avec les entreprises. KOHEP pourra notamment entrer un contact avec l'atelier et les services d’accompagnement à la transformation et à l’innovation dans l’enseignement et la recherche.

Collaboration transdisciplinaire

envisagée