un « nouveau »

secteur de services

Il semble que l’on assiste à l’émergence d’un vaste et nouveau secteur de services, celui du bien-être, du Développement Personnel (DP) et des Médecines Complémentaires (MC). L’on emploie ici le terme «nouveau», non pas du fait qu’il apparaisse pour la première fois, mais en vue de sa démocratisation et de l’intérêt croissant (et exponentiel) qu’il suscite depuis une dizaine d’années.


Le nombre d’offres susceptibles d’appartenir à ce secteur est en progression constante. En vue de l’ampleur et de la vitesse à laquelle elles se développent, nous l’appellerons le secteur des Services au bien-Être et à l’Épanouissement de la Personne (SEEP) ; en écho au secteur des Services À la Personne (SAP).

Qu'est-ce que les SEEP ?

Le « nouveau » secteur des Services au bien-Être et à l’Épanouissement de la Personne (SEEP) regroupe l'ensemble des professionnels du bien-être, du développement personnel et des médecines alternatives et complémentaires (Coachs, thérapeutes, psychologues, sophrologues , hypno-thérapeutes, énergéticiens , praticiens en systémique, en CNV, en TCC, en PNL, en EMDR... professeurs de yoga, de chi gong, de  feng shui, de shiatsu, de méditation... nutritionnistes, coachs sportifs, coachs business...etc.)

 

Le champ d’action des SEEP s’étend du soin préventif au curatif, et également au-delà, vers un accomplissement de l’individu. Il regroupe l’ensemble des outils, des pratiques et des thérapies psychocorporelles, psychiques, comportementales (behavioristes), émotionnelles et spirituelles, permettant à l’individu de parvenir à un état de mieux-être, de bien-être ou de plus-être. 

• Lorsqu’il s’adresse à des personnes en situation de détresse ou de névroses, le secteur des SEEP répond à ce que nous appelons, une demande de « mieux-être ». Il s’agit de personnes qui cherchent à aller mieux et à se réparer (alléger les souffrances intérieures ; soigner les blessures ; traverser des périodes difficiles ; redonner du sens et un but à la vie…). 

• Lorsqu’il est perçu comme un moteur et un moyen d’évoluer, davantage que comme un remède pour panser les plaies, les SEEP

répondent à une demande de « bien-être ». Ces pratiques servent alors à apprendre à se connaitre, à avancer, à grandir, à se nourrir et à élargir son champ de conscience. Ils permettent d’améliorer la qualité des relations à soi,mais aussi aux autres, à travers la communication interpersonnelle. Ou encore à apprendre à gérer les émotions, le stress, l’anxiété et les divers troubles passagers. Pour s’apporter un peu de bien-être au quotidien, des temps de pauses et de prises de recul.

• Enfin, dans cette continuité, les SEEP peuvent permettre d’atteindre une certaine forme de « plus-être », pour monter en compétences et pour gagner en productivité lorsqu’ils sont utilisés comme facteurs de réussite. La recherche de plus-être, peut également faire référence à la poursuite d’une forme de spiritualité et de transcendance de soi.

Ainsi, le secteur des SEEP se caractérise par une démarche de la part de l’individu, avec pour but la connaissance de Soi, la rencontre de son être et l'épanouissement personnel, i.e. «atteindre un stade de développement plein et heureux. Acquérir la plénitude de ses facultés intellectuelles ou physiques ; être bien dans sa peau, dans son corps. Manifester une joie pleine et sereine. Prendre des formes pleines et harmonieuses. [Et] s’ouvrir largement.» (Définition de l’épanouissement selon le Larousse)

Définition du secteur SEEP

Le secteur des Services au bien-Être et à l’Épanouissement de la Personne (SEEP) est constitué des professionnels du bien-être, du développement personnel et des médecines complémentaires, pour répondre aux besoins de « mieux-être », de « bien-être » et de « plus-être » des citoyens.

Il regroupe l’ensemble des pratiques de soins non conventionnels, par lesquelles on conserve ou on rétablit la « santé » physique, mentale et d'interactions sociales indispensable à l’intégrité et au bien-être de l’individu.

Le terme « santé » est entendu ici au sens de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), tel qu'elle l'a redéfini en 1946 : 

« La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». Préambule à la Constitution de l’Organisation Mondiale de la Santé, tel qu’adopté par la Conférence internationale sur la Santé qui s’est tenue à New-York du 19 au 22 juin 1946 [en ligne]

Le secteur SEEP regroupe l'ensemble des professions permettant de conserver de rétablir la « santé » au sens de l'OMS et qui ne font pas partie du secteur médical conventionnel, ni du secteur social et des Services À la Personne (SAP).

ATTENTION, en France, l'intitulé « professionnel de santé » est réservé au secteur médical.

Par définition, les professionnels des SEEP n'en font donc PAS partie.

Comment savoir si un métier appartient au SECTEUR SOCIAL et non au secteur SEEP ?

« Le domaine du social regroupe l'ensemble des actions relevant de l'amélioration des conditions de vie d'une société. »

« Le travail social vise à permettre l'accès des personnes à l'ensemble des droits fondamentaux, à faciliter leur inclusion sociale et à exercer une pleine citoyenneté. Dans un but d'émancipation, d'accès à l'autonomie, de protection et de participation des personnes, le travail social [...] participe au développement des capacités des personnes à agir pour elles-mêmes et dans leur environnement.» Décret n° 2017-877 du 6 mai 2017 relatif à la définition du travail social [en ligne]
 

 

« Les services à la personne ce sont 26 activités (définies par l'article D.7231-1 du code du travail), exercées à domicile, qui facilitent la vie quotidienne des familles et l’accompagnement des enfants en bas âge, des personnes fragiles, âgées ou handicapées. » Services À la Personne, mise à jour 18/12/19 [en ligne]

Comment savoir si un métier appartient au SECTEUR MÉDICAL et non au secteur SEEP ?

Selon le Code de la santé publique (CSP), les professions de la santé se décomposent en trois catégories.

  1. Les professions médicales : médecins, sages-femmes et odontologistes (art. L4111-1 à L4163-10).

  2. Les professions de la pharmacie et de la physique médicale : pharmaciens, préparateurs en pharmacie, préparateurs en pharmacie hospitalière, physiciens médicaux (art. 4211-1 à 4252-3) ;

  3. Les professions d’auxiliaires médicaux (infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues, ergothérapeutes et psychomotriciens, orthophonistes et orthoptistes, manipulateurs d’électroradiologie médicale et techniciens de laboratoire médical, audioprothésistes, opticiens-lunetiers, prothésistes et orthésistes, diététiciens), aides-soignants, auxiliaires de puériculture et ambulanciers (art. 4311-1 à 4394-3).

« L’exercice des professions médicales et d’auxiliaires médicaux est encadré par le code de la santé publique (CSP). [...] Tous les professionnels de santé doivent être inscrits au registre partagé des professionnels de santé (RPPS), [...] ou au fichier ADELI» Ministère des solidarités et de la santé, mise à jour 13/06/17 [en ligne]

Définition de la 

« santé » selon l'OMS (1946)

bien-être 

physique

bien-être 

social

bien-être 

mental

+

+

Décomposition de ces différents éléments :